• Accueil
  • Réforme de la VAE : quelles conséquences pour les responsables formation ?

Réforme de la VAE : quelles conséquences pour les responsables formation ?

Gestion des compétences – hard skills – 06/12/2022

Réforme de la VAE : quelles conséquences pour les responsables formation ?


Le 17 novembre dernier, un projet de loi a été adopté pour favoriser l’essor d’un dispositif encore peu connu et répandu : la validation des acquis de l’expérience. L’objectif ? Simplifier les démarches et mieux accompagner les parcours. De quoi inciter les services formation à s’emparer de la VAE, dont les bénéfices sont largement reconnus.

L’heure de la reconnaissance et de la mise en lumière est-elle venue pour la validation des acquis de l’expérience ? C’est en tout cas l’ambition des pouvoirs publics : faire décoller le dispositif, qui plafonne à environ 30 000 parcours par an, pour atteindre les 100 000 d’ici cinq ans. La VAE ne manque pourtant pas d’intérêt : elle permet de reconnaître les compétences et obtenir une certification, sans le recours à un parcours complet de formation. Le candidat va constituer un dossier démontrant la réalité de ses acquis, dossier qui sera examiné par un jury. Un processus relativement long – six mois à un an –, et lourd, notamment au niveau de la procédure de recevabilité.

C’est justement à ces freins, et d’autres, que la réforme de la VAE s’attaque aujourd’hui, avec l’idée de rendre le dispositif plus simple, accessible et attractif, et de mieux sécuriser le parcours des candidats, afin de limiter le risque d’échec. Pour les pouvoirs publics, l’objectif est d’en faire un levier d’employabilité, afin de booster l’emploi – en particulier dans les secteurs et métiers en tension.

 

Simplifier et assouplir le dispositif pour favoriser son déploiement

Première pierre angulaire de la réforme : la simplification des procédures, avec l’ouverture du dispositif à toute personne pouvant justifier d’une activité, notamment professionnelle, en rapport direct avec les compétences associées à la certification visée. Par ailleurs, le législateur a prévu de supprimer la condition d’ancienneté minimale d’un an.

Il sera également possible de ne pas viser systématiquement une certification professionnelle complète : le candidat pourra valider ses acquis sur un ou plusieurs blocs de compétences correspondant à la certification, dans une logique de reconnaissance partielle du parcours. L’idée étant d’éviter l’échec d’un projet individuel qui serait trop ambitieux par rapport aux attendus de la certification.

La réforme prévoit aussi un assouplissement du calendrier des différentes étapes tout en cherchant à réduire la durée globale : par exemple, en supprimant l’obligation faite au certificateur de se prononcer dans un délai de deux mois sur la recevabilité du dossier ; ou encore en simplifiant les règles de composition des jurys. Autre évolution : la durée du congé VAE, pour chaque session d’évaluation, est désormais doublée (deux jours contre un maximum auparavant).

Je télécharge l'ebook sur le coût de la gestion de la formation


Les responsables formation comme ambassadeurs de la VAE

Le nouveau cadre légal prévoit également la mise en place d’un service public dédié à la validation des acquis de l’expérience, pour favoriser la promotion du dispositif, informer et accompagner les candidats. Enfin, citons une expérimentation qui va intéresser les employeurs ayant signé des contrats de professionnalisation : ils pourront y intégrer des actions de VAE pour permettre à ces « contrats pro » de bénéficier d’une reconnaissance de leurs acquis. Cette expérimentation, qui devrait être encadrée par un décret d’ici la fin du premier trimestre 2023, vise à renforcer l’insertion et l’employabilité, notamment dans les secteurs en tension.

La réforme, qui fait partie de la loi sur le fonctionnement du marché du travail du 17 novembre 2022, suffira-t-elle à remplir les ambitions des pouvoirs publics, et tripler le nombre de parcours ? La réponse dépendra avant tout des services formation qui en saisiront l’intérêt et les bénéfices. Levier d’employabilité, d’évolution professionnelle, de reconnaissance, « la VAE contribue indirectement au développement de savoir-être et de compétences transverses et se révèle souvent un "accélérateur de trajectoire professionnelle" », estime Catherine Azema, responsable VAE du Groupe IGS.


L’experte partage également quelques facteurs de succès, sur lesquels les responsables formation peuvent aussi prendre la main en accompagnant les candidats : « Il est essentiel de prendre le temps de construire le projet pour en cerner l’objectif et identifier le titre le plus adapté. La motivation est également une clé de réussite. » Le service formation est attendu pour informer l’interne, afin d’inciter davantage de collaborateurs à s’engager dans cette démarche, mais aussi pour identifier, en lien avec les managers de terrain, des opportunités de VAE collective, au bénéfice d’une équipe ou de salariés relevant d’une même fonction. Et ainsi devenir le principal promoteur de la validation des acquis de l’expérience.

 

place_de_la_formation_31_900-525 (1)


Jérôme Lesage
Le blog de la formation


 

 

Capture d’écran 2021-05-07 à 12.26.59

Quels sont les objectifs de la réforme de la validation des acquis de l’expérience ?

Le projet de loi adopté le 17 novembre 2022 a pour ambition de booster le dispositif en facilitant ses procédures, pour atteindre un rythme de 100 000 parcours par an d’ici 2027 – contre environ 30 000 aujourd’hui.


Comment la loi entend-elle favoriser la concrétisation de cet objectif ?

D’abord, en simplifiant la démarche, dès la procédure de recevabilité, et en l’ouvrant à toute personne justifiant d’une activité en lien direct avec la certification visée. La reconnaissance partielle du parcours est également une nouveauté. Autre mesure phare de la loi : la création d’un service public de la VAE.


Quel rôle le responsable formation peut-il jouer dans cette dynamique ?

Il s’agit déjà de faire connaître, en interne, les bénéfices de la VAE en termes d’employabilité et de développement professionnel, mais aussi d’accompagner les candidats dans leur démarche. Le responsable formation peut aussi contribuer à mettre sur pied des actions de VAE collective.





Vous voulez simplifier
votre gestion de la formation ?

Découvrez tous les bénéfices de la plateforme
TMS - Training Management Solution !

Contactez-nous !